quito ecuador condamine frances uio educacion alumnos matriculas
1
3
2019-02-11 11_08_47-Fwd_ - roque.dorian@condamine.edu.ec - Messagerie Lycée La Condamine de Quito
011
002
2018-09-19 09_02_58-DSC00988 - Visualizador de fotos de Windows
2018-11-22 13_53_04-20181115_143015 - Visualizador de fotos de Windows
010
008
2018-11-22 17_30_56-IMG-20181121-WA0021 - Visualizador de fotos de Windows
012
6

Interventions scientifiques et pédagogiques de l’IRD à La Condamine pour les 75 ans de l’Institut

En 2019, l’IRD fête ses 45 ans de présence en Équateur. Cet anniversaire coïncide avec les 75 ans de l’IRD dans le monde.
Afin de célébrer cette date importante pour la recherche et le développement avec les différents partenariats scientifiques tissés, deux chercheurs de l’IRD Équateur sont intervenus dans des classes du Collège et du Lycée pour présenter leurs spécialités et transmettre leurs savoirs à nos élèves.

  • Intervention IRD de Mme Laurence Maurice en classe de 5ème B sur les toxiques et polluants dans l’alimentation, avec Mme Sandrine Murguet (SVT), Mme Vanessa Despujol (SPC) et M. Erwan Piclet (Histoire-Géographie).

 

Recueil de quelques réactions d’élèves de 5ème B suite à l’intervention de Mme Laurence Maurice, chercheuse à l’IRD, sur la question de la qualité de l’eau (3 semaines après) :

Ce qui m’a surpris, c’est quand Mme Maurice nous a raconté qu’il y avait des fleuves que l’on nomme “coca-cola”.” « C’est une rivière avec de l’eau d’un pH très acide, et l’eau est de couleur noire. Quand on met la main dans l’eau, elle devient jaune. J’ai trouvé cela très intéressant, je voudrais aller dans cette rivière.

Mme Maurice nous a expliqué que dans ces fleuves “coca-cola”, le pH est tellement acide qu’il n’y a pas de moustique, et elle nous a dit que les personnes qui vivaient en Amazonie peuvent devenir malade surtout par manque d’eau potable.

J’ai été surpris quand Mme Maurice nous a dit que les gens pouvaient se baigner tranquillement dans les fleuves “coca-cola”.

Mme Maurice a dit que les gens de l’Amazonie deviennent malades à cause de l’eau non traitée, que dans les fleuves “coca-cola” les gens peuvent se baigner et que le niveau de pH est très bas (très acide).””L’eau des fleuves acides n’est pas sale, tu peux te baigner ; elle est très acide, c’est pour cela qu’elle a cette couleur “coca-cola.”

Mme Maurice nous a dit que beaucoup de personnes en Amazonie buvaient de l’eau pas traitée, et qu’elles tombaient malades. L’eau contient des minéraux mais pas assez pour qu’elle soit potable et consommable par les gens.

Je pensé que c’était très intéressant car elle nous a raconté ses voyages d’investigation sur l’eau et les lagunes de “coca-cola”. Elle nous a aussi aidé pour notre projet de poubellarium.

Ça m’a surpris quand elle a dit que les mines de pétrole ne contaminent pas l’eau.
J’ai appris que le pH de l’eau est important pour que les poissons puissent vivre.
La chose que j’ai le plus aimé est quand elle a parlé des lacs dans lesquels elle est entrée.
Ce qui m’a surpris, c’est que beaucoup de gens n’ont pas accès à l’eau potable.


  • Intervention de Mme Laurence Maurice, IRD, avec une classe de 4ème (SVT) avec Mme Sandrine Murguet.
    Nous remercions également Alejandro pour ses dessins de grande qualité qui illustrent parfaitement les thématiques présentées par Mme Maurice durant son intervention.

 

​“Le lundi 18 février 2019,  Mme Laurence Maurice est venue au Lycée La Condamine pour présenter un exposé sur la contamination dans nos aliments.
Nous avons parlé de la société de consommation. 

Madame Maurice nous a exposé quelques sources du problème qui seraient la présence de pesticides dans les aliments, comme celle de quelques métaux nocifs.
Elle a aussi pris le temps de nous expliquer ce que voulait dire les noms de code de quelques produits qui sont dans nos aliments et dans d’autres produits de notre quotidien telle que la crème solaire.
Ces produits sont présentés sous une forme codée (exemple : E171, qui serait un métal nocif, le dioxyde de titane ; c’est un produit qui permettrait au cancer de se développer plus rapidement).
Il a été prouvé que des gens qui consomment plus de 10% d’aliments ultra- transformés ont 14% plus de chance de développer des MCV (Maladies Cardio-Vasculaires) ou des cancers.

Benjamin, 4ème A

En classe, le lundi 11 mars 2019, nous nous sommes demandé ce que l’échange avec Mme Laurence Maurice a changé dans nos habitudes pendant les vacances. Voici nos réponses :

 “J’ai plus utilisé des choses en verre pour chauffer mes aliments, dans le micro-onde.Emilia
 “Je ne mange plus des aliments dans des récipients en plastique à chauffer au micro-ondes.” José
 “Pendant les vacances, je n’ai mangé absolument rien dans des emballages en plastique.” Rafael
 “J’ai évité de manger des choses avec emballage plastique.” Emilia
 “J’ai pris conscience du risque de manger des choses emballées dans du plastique, donc je devrais essayer de ne plus trop en consommer.” Rafaela
 “Je n’utilise plus de verre ou de pot en plastique pour chauffer.Natasha
 “J’en ai parlé à mes parents, cela les a choqués, surtout en parlant des risques cancérigènes. J’ai aussi pris l’habitude de regarder le numéro sous l’emballage en plastique.” Benjamin
 “Je n’ai rien changé car j’ai toujours mangé sainement ; j’ai pris conscience que je prends ainsi soin de ma santé, j’en suis content.Pâris
 “Moi, j’ai appris à comprendre l’étiquette du produit que je mange. La solution la plus simple que j’ai trouvé pour manger bien est de vérifier de quoi est composé le produit que je mange et de décider si j’arrête de manger ce produit. Finalement, ne rien manger en excès.” Nicolás
 “J’ai plus regardé les ingrédients des produits, avant je ne savais pas ce qu’ils signifiaient. Mais je n’ai pas changé mes habitudes car les produits que je consomme n’ont pas une liste interminable d’additifs.Léna
 “Maintenant, le weekend je ne mange plus de gâteaux et je mange avec mes grands-parents, et je regarde plus régulièrement la liste des ingrédients des produits.Enola
 “J’ai commencé à regarder la liste des ingrédients des produits, mais je n’ai pas changé mes habitudes car je ne mange pas une grande quantité de ces produits. Mais on a changé de marque de crème solaire.Anapaula


  • M. Timothy Tranbarger, chercheur à l’IRD et spécialiste des palmiers, est quant à lui venu partager ses savoirs avec nos élèves du Lycée sur des thématiques liées aux développements et croissances des végétaux dans le contexte des OGM.