slide_ecole_quito
slide_enseignement_excelence
slide_membre_aefe

Repas Romain chez les 6e1 et les 6e3

Le 15 Mai 2016, les élèves de 6eme 1 et 3 ont organisé un banquet romain qui a vu se succéder : une procession en toge et un banquet.

Présentation du projet

Le projet consiste à reconstituer les plus fidèlement possible, à partir d’un travail de recherche des élèves et de textes étudiés en cours, un banquet qui aurait pu avoir lieu à Rome, au I° siècle av. JC. La reconstitution elle-même aura lieu le 31 mai, pendant le cours de d’histoire. Elle consistera, en se fondant sur le travail qui a été fait en cours, en :

  • une procession en toges, qui s’appuie sur un exposé d’élèves sur les vêtements à Rome
  • un repas pendant lequel les recettes traduites en cours seront mises à l’épreuve

Le Banquet sera filmé par un élève de l’atelier audio-visuel  ou un personnel administratif et photographié pour être placé sur le site internet du lycée.

Il n’est bien-sûr pas exclu de renouveler l’expérience à partir de l’année prochaine.

Objectifs pédagogiques

Ce projet, que j ‘ai  proposé aux élèves, répond à deux objectifs pédagogiques : créer un projet, s’y investir et le mener de bout en bout, et appréhender les différentes sciences archéologiques qui permettent une telle reconstitution.

La démarche qu’un tel projet implique permet de donner un but précis à la traduction des textes latins, et de motiver leur étude par des applications pratiques. La découverte de la culture latine lors des exposés d’élèves sur le déroulement du banquet ainsi que sur le vêtement à Rome, dans l’optique de la reconstitution historique, amène les élèves à chercher à s’approprier une culture vieille de 2000 ans, à devenir plus intimes avec elle, et à la compendre de l’intérieur.

Outre ce premier aspect, qui repose sur la ludicité du projet, celui-ci permet d’apprécier dans une démarche simple et à la portée d’élèves de lycée, les différentes techniques de la recherche archéologique (lecture historique et critique des sources textuelles, interprétation de la céramique, de la sculpture, de l’architecture, de quelques données archéologiques, découverte des applications archéologiques de la spectrographie ou de l’électrocinétique, ..)

C’est donc une démarche complète, qui touche à toutes les facettes de l’enseigement d’histoire, et qui y intègre les méthodes des autres matières.

RITES ET ORGANISATION DES REPAS ET FESTINS DANS LA ROME ANTIQUE
COMMENT SE NOURRISSENT LES ROMAINS – LES REPAS DE LA JOURNEE

L’ALIMENTATION et LES REPAS

Sous la Royauté, les repas sont simples. Les Romains consomment essentiellement des bouillies de céréales. Ce sont des bouillies épaisses. Il consomment également des légumes et un peu de vin.
Le vin est interdit aux femmes et aux jeunes gens.
Progressivement, la composition des repas évolue. A partir du IIe siècle avant J-C., les classes les plus favorisées de la société romaine accordent plus d’attention à leurs repas.
C’est d’ailleurs le début des importations de denrées alimentaires.

Les gens du peuple se contentent de repas plus simples, le plus souvent fournis par leur patron.
Les premières recettes élaborées font leur apparition.
Sous l’Empire, un cuisinier romain, Apicius connaît une renommée certaine grâce à ses recettes originales.
Au II siècle après J-C., la gastronomie romaine est à son sommet.

Les Romains apprécient particulièrement le poisson.
Ils mangent également du poulet frit, de la viande rôtie arrosée de miel, des fruits et des légumes.Les fritures sont réalisées avec de l’huile d’olive. Les olives sont aussi très appréciées des Romains.
Les sauces son très présentes dans la cuisine romaine.
En règle générale, elles sont relevées avec du poivre, du vinaigre, du vin, du miel ou de la menthe.
Les Romains connaissent également le pain.

RITES ET ORGANISATION des REPAS ROMAINS

A l’époque royale et sous la République, les jeunes filles romaines ne peuvent pas participer à des repas où sont conviées des personnes mariées. A partir du Haut-Empire, les jeunes filles peuvent assister à des repas où prennent part des hommes mariés ou des femmes mariées.

A l’époque royale, les repas sont pris dans l’atrium. Le père de famille mange en position allongée tandis que les autres convives sont assis. Il mange seul. La mère, les enfants et les esclaves mangent à des tables distinctes.
A partir, du IIe siècle avant J-C., l’habitude de manger couché se développe dans la société aisée.
Cependant, manger couché est réservé à la cena. Par contre, les gens du peuple mangent toujours assis.

Les riches Romains organisent parfois des banquets. A partir de la République, les banquets peuvent durer des heures. Les censeurs surveillent ces débordements et tentent de limiter ces excès.

Cependant, sous l’Empire, certains hôtes peu délicats n’hésitent pas à se réserver les meilleurs morceaux et à servir des plats de piètre qualité à leurs invités.

Les esclaves reçoivent quotidiennement leur ration.

Le TRICLINIUM ou salle à manger

A l’origine, lorsque la maison romaine ne se composait que d’un atrium, les repas se prenaient en famille, auprès de foyer de cette unique pièce.
Seul le père avait le droit de se coucher.
La femme et les enfants prenaient place sur des tabourets.
Les esclaves mangeaient dans la même pièce sur des bancs de bois placés un peu à l’écart.
Quand la maison s’agrandit, on créa une pièce réservée aux repas: le triclinium.

Pendant longtemps les femmes et les enfants n’y eurent pas accès.
Bien plus tard, on prit l’habitude de construire de riches maisons possédant plusieurs salles à manger, l’une pour l’hiver, l’autre pour l’été, l’une pour un petit nombre de convives, l’autre pour une grande assemblée, l’une à l’abri et bien chauffée, l’autre en plein air sous une treille…
Le dominus et ses convives (convivae) prennent place sur des banquettes inclinées à trois places.

Trois lits de table (en grec : klinh= klinè) sont répartis dans la salle à manger autour d’une table carrée. On était donc rarement plus de neuf à table.
Un proverbe romain disait même « Sept convives, repas; neuf convives, fracas. » Les lits étaient généralement de bois ou de bronze et recouverts de tissus épais et de nombreux coussins.

Le service est assuré par des esclaves. On mange le coude appuyé sur un coussin,
sans fourchette, mais dans une vaisselle qui peut être d’argent massif. Dans une maison de Pompéi, celle de Ménandre, les archéologues a même retrouvé un service de table de 118 pièces d’orfèvrerie, soit 24 kg d’or !

La coutume voulait, lorsqu’un Romain recevait la visite d’un ami, qu’il étale devant lui toute son argenterie.
Manquer à ce devoir d’hospitalité était très mal vu. L’ami avait le droit de réclamer qu’on lui montre les richesses de la maison.

LES TROIS REPAS DU ROMAIN

Il y a trois repas dans la journée du Romain.

Le petit déjeuner romain :
C’est le jentaculum. Il apparaît dès l’époque royale. Il se compose de pain et de fromage.
Les enfants emportent un gâteau à l’école. A partir de l’Empire, le jentaculum tend à disparaître. Les Romains se contentent de boire un peu d’eau.

Le repas de midi
Sous la Rome royale, c’est la cena. A partir de la République, ce repas s’appelle le prandium. Ce repas est pris très rapidement. Il se compose de viande froide et de fruits.

Le repas du soir
Sous la Royauté, il porte le nom de vesperna. A l’époque de la République, c’est la cena. La Céna est un repas copieux. Le seul véritable repas, la cena (ce mot a donné la Cène, « cena » en Espagne ou Italie), réunit la famille en fin d’après-midi, quand on a rempli toutes les obligations sociales, avant que la nuit ne tombe. A l’origine, le plat principal en était une bouillie d’orge (polenta), à laquelle pouvaient s’ajouter des légumes (choux, laitues, poireaux, navets…), des fruits (melons, pommes, poires, raisin, figues, châtaignes…), du fromage, parfois un peu de viande de porc ou, dans les villages de bord de mer du poisson.  Les aliments, cuisinés à l’huile, étaient relevés par des plantes aromatiques variées : épices, ail et oignon, miel, que l’on mélangeait aussi bien aux viandes qu’au vin. Le nombre de convives pour la cena doit être compris entre 3 et 9. Les lits destinés à recevoir les convives sont installés autour d’une table carrée. La place d’honneur est le locus consularis.

Avant de manger, les convives doivent quitter leurs chaussures de ville. Puis ils invoquent les dieux. Le repas peut ensuite commencer.

Les femmes mariées obtiennent le droit d’assister à la cena au Ier siècle avant J-C.

A partir de l’Empire, certaines cenae se transforment en banquets. Le repas se fait en musique.

Quelques photos de la reconstitution du banquet par nos élèves de 6e1 et 6e3…. Bravo à eux et à leur professeur Mr Brusa.